Le café, est-il bon ou mauvais pour la santé ?

Deuxième production mondiale après le pétrole, le café est consommé sous forme de boisson élaborée à base de grains dont les effets sont dus à sa teneur en caféine. Cette dernière est synonyme de plaisir pour certains mais elle est également associée au travail pour beaucoup grâce à ses effets ventés sur la concentration. 

 

Ces dernières années un véritable culte autour du café s’est développé le rendant d’autant plus populaire notamment auprès des scientifiques. Un débat s’est ainsi créé autour de ses supposés effets qu’ils soient positifs ou négatifs. 

 

Alors le café, riche en antioxydants ? Mauvais pour la santé cardio vasculaire ? Effet diurétique ? Quand est-il réellement ? 

 

Effets de la caféine au niveau cognitif : 

-Elle possède des vertus protectrices au niveau cognitif chez les consommateurs réguliers. 

->Diminution de 65% du risque de développer une maladie d’Alzheimer.*  

->Diminution de 32 à 60% du risque de développer une maladie de Parkinson.*

 

-Stimulant cognitif : le principe actif du café (la caféine) agit comme stimulant au niveau du cerveau et du système nerveux central afin de nous garder éveillé et de stimuler notre niveau de vigilance. C’est par ailleurs, la substance psychoactive la plus consommée au monde. 

Son action se fait sur les neurotransmetteurs « Adénosines ». Ces derniers augmentent au cours de la journée et provoquent fatigue et sommeil. 

Lorsque nous consommons du café, la caféine bloque les récepteurs d’Adénosine afin d’empêcher son action. En parallèle, elle va augmenter la sécrétion d’autres neurotransmetteurs à l’origine d’une amélioration de l’humeur et des fonctions cognitives. 

Son effet peut se faire sentir entre 20minutes à 1heure. 

 

Caféine et sport :

La caféine a montrée l’augmentation des performances sportives lors de sa consommation.*

 

La consommation de café en prévention du diabète :

Le diabète de type II a une physiopathologie différente de celle du type I. Il n’est pas d’origine auto-immunitaire et son développement augmente en fonction de certains facteurs de risques.   

Si nous revenons à la caféine, cette dernière semble diminuer ce risque chez ses consommateurs réguliers selon plusieurs études.*

 

Santé cardio-vasculaire :

Chez certaines personnes, la consommation de café peut entrainer des palpitations notamment chez les gros consommateurs. 

À l’inverse, il peut causer de l’hypertension artérielle chez les personnes peu habituées à cette boisson. 

Effets sur le système digestif :

-Protection hépatique :

->Diminution de 84% du risque de développer une cirrhose (nécrose des tissus du foie).*

->Diminution de 40% du risque de cancer du foie.*

 

Café et cancer :

-Potentielle diminution du risque de cancer de l’utérus et du foie.*

-Le café a été retiré de la liste des potentiels carcinogènes de l’OMS

 

Impact sur le sommeil : 

La mélatonine est une hormone qui participe au sommeil et à l’endormissement. Sa sécrétion par la glande pinéale augmente de façon logique en fin de journée tandis que la sécrétion de cortisol (hormone du stress et de la vigilance) diminue. 

Chez certaines personnes, la caféine peut interrompre le cycle circadien (24h) en retardant le pic de mélatonine provoquant ainsi des troubles de sommeil. 

 

Les effets psychologiques : 

-Augmentation de l’anxiété :

->Chez certaines personnes sensibles aux effets stimulants de la caféine.

 

-Addiction :

->Consommer du café régulièrement entraînera une tolérance à la caféine et donc une augmentation spontanée des doses afin de retrouver les mêmes effets. Une consommation excessive de caféine peut ainsi engendrer une addiction avec apparition de symptômes de sevrage lors de l’arrêt. 

 

Café ou bébé, faut-il choisir ? 

La caféine passe la barrière placentaire et peut être à l’origine d’accouchement prématuré.

 

Café et poids :

-Des études ont montrées que la consommation de café entraine une augmentation du métabolisme (calories dépensées au repos). Mais ce dernier est aussi à l’origine de sécrétion de cortisol (hormone du stress) plus importante. Une prise de poids et des grignotages excessifs sont des réponses fréquentes au stress. 

Le café ne peut ainsi pas être considéré comme un allier minceur. 

 

*Toutes ces études sont observationnelles ce qui ne prouve pas que le café soit directement en cause de ces effets bénéfiques.

 

Fréquence de consommation :

Une consommation excessive de caféine excède les 400 mg  soit 3 à 4 tasses par jour maximum.**

 

**Attention, si vous consommez d’autres produits riches en caféine, il faudra diminuer votre consommation de café. 

->Autres boissons contenant de la caféine : Boissons énergétiques, thé, sodas, décaféiné, chocolat chaud.

Les conseils de Megane Nutrition : 

 

-Evitez la consommation de café après le diner si vous avez des difficultés à trouver le sommeil. 

 

-Le café n’est pas recommandé chez les femmes enceintes, les personnes anxieuses et les personnes souffrant de troubles du rythme cardiaque ou d’hypertension artérielle. 

 

-Le décaféiné est obtenu en rinçant les grains avec des solvants chimiques. Il reste tout de même de faibles quantités de caféine. De plus, les effets bénéfiques du café noir ne sont plus présents. 

 

Alors le café, bon ou mauvais pour la santé ? Tout est une question de mesure et de préparation…

 

Afin de bénéficier des effets positifs du café, évitez de boire votre café avec du sucre cela rajoute des calories vides qui ne présentent aucun intérêt. 

Si le goût est trop amer pour vous, essayez de l’accompagner d’une datte afin d’équilibrer les saveurs. 

 

Attention aux cafés types frappuccino, mokaccino et cappuccino qui sont de véritables bombes caloriques. Méfiez-vous aussi des préparations à base de jus végétaux qui sont souvent riches en sucre. 

Privilégiez toujours ceux avec la mention « sans sucre ajoutés », vous pouvez également vous référer à la liste des ingrédients pour vous assurer qu’ils ne contiennent pas de produits sucrant. 

Si vous consommer votre boisson à l’extérieur n’hésitez pas à la demander sans sucre, sirop d’agave ou autre.